Droit du personnel: les Verts de Bienne rejettent le projet de révision

Les Verts de Bienne ont adressé ce jour leur prise de position relative à la révision du droit du personnel. Ils rejettent le projet de révision car les améliorations proposées au personnel sont exclusivement financées par la suppression du droit de partir à la retraite à 63 ans. Ce marché de dupe proposé aux employés est inacceptable.

Les Verts estiment que le projet de révision du droit du personnel n’est pas assez consolidé pour être présenté au Conseil de Ville. Les quelques améliorations proposées au personnel sont en effet exclusivement financées par celui-ci, puisque ce dernier devrait, selon le projet, se voir supprimer le droit de partir à la retraite à 63 ans. Par ailleurs, alors même que le projet entend poser le principe de partenariat social (art. 5), il apparait que le projet final n’a pas fait l’objet d’une véritable négociation avec les organisations du personnel.

Il apparaît également que le contexte actuel des finances communal n’est guère propice à une révision du droit du personnel, car un tel règlement, censé règlementer la question ces 10 ou 20 prochaines années, risque d’être trop fortement imprégné du contexte financier actuel défavorable et de détériorer ainsi la situation des employés.

Les Verts demandent donc que cette réforme soit suspendue, éventuellement que ce projet soit retravaillé au profit d’une (mini)réforme garantissant le maintien du droit à la retraite à 63 ans, tout en octroyant au personnel le droit d’être occupé jusqu’à l’âge donnant droit à la rente AVS ordinaire, l’introduction d’une assurance perte de gain de 720 jours et la suppression des classes salariales ne garantissant pas un salaire minimal de Fr 4’000.00.

Si le Conseil Municipal devait persister dans l’idée de modifier profondément ce Règlement du personnel, les Verts souhaitent par ailleurs que d’autres améliorations y soient ancrées, à savoir :

  • le droit pour les mères et les pères à un congé (non-payé) supplémentaire en cas de naissance avec garantie de retrouver leur poste de travail à la fin de celui-ci
  • l’introduction dans le règlement d’un véritable congé paternité
  • le droit à un congé payé en cas d’adoption d’enfant
  • le droit à un congé de formation et à un congé pour l’exercice d’activités syndicales
  • la reconnaissance explicite du droit de grève pour la fonction publique biennoise
  • le droit inconditionnel au renchérissement.

renseignement:
Urs Scheuss, président, 078 795 91 83

Communiqué (pdf)