Non au budget de démantèlement 2016!

Les Verts, le PS et Passerelle rejettent le budget 2016de la ville de Bienne et recommandent de voter Non aux deux variantes. Ce budget fait suite à une série de budgets de démantèlement et menace des prestations importantes qui contribuent à une ville vivante, aux multiples facettes. Il traduit aussi un manque de reconnaissance pour les nombreuses personnes qui s’engagent pour notre ville, souvent bénévolement, dans le domaine social et culturel. Un Non au budget ouvre la voie à un nouveau budget, qui redonne des perspectives aux institutions culturelles et sociales ainsi qu’au personnel municipal.

Le budget 2016, qui sera soumis au vote le 15 novembre, met en oeuvre les mesures de démantèlement décidées ce printemps dans le cadre du fameux «assainissement durable des finances communales». Les Verts, le PS et Passerelle s’y étaient déjà opposées à l’époque.

Lors des débats sur le budget, le comité «Bienne pour tous» a proposé de renoncer à une partie de ces mesures, de compenser les réductions pour le TOBS et le NMB, de supprimer certaines réductions opérées ces dernières années et d’introduire des mesures d’allègement pour le personnel. Les Verts, le PS et Passerelle ont soutenu cette proposition modérée, qui ne chargeait le budget que de façon minime, mais qui auraient toutefois à nouveau offert des perspectives aux organisations concernées. La majorité bourgeoise du Conseil de ville n’est toutefois pas entrée en matière et s’est obstinément accrochée à son paquet de démantèlement.

Un Non au budget signifie un Oui à une ville vivante

Un Non au budget ouvre la voie à un nouveau budget qui redonne des perspectives à diverses organisations et institutions ainsi qu’au personnel municipal. Car aujourd’hui déjà, il nous paraît évident que les revendications de «Bienne pour tous» doivent être intégrées au nouveau budget.

Menaces infondées de la droite bourgeoise

Les partis de l’alliance «Non au budget de démantèlement» condamnent toutefois l’épouvantail brandi par la droite bourgeoise et la directrice des finances, qui prédisent un scénario d’horreur pour une ville sans budget. Il y a deux ans, le budget avait déjà été refusé sans que cela n’entraîne de graves conséquences. La plupart des dépenses sont de toute manière liées par la législation ou par des conventions. Quant aux institutions qui seraient éventuellement touchées par le manque de liquidités, il existe aussi des moyens pour les aider en l’absence de budget. En outre, on peut partir du principe que le nouveau budget sera soumis au vote le 28 février, de telle sorte que la période sans budget ne durerait que deux mois.

En revanche, en cas d’acceptation, le risque existe bel et bien que non seulement les mesures de démantèlement se poursuivent dans le cadre de l’«assainissement durable des finances communales», mais encore que d’autres mesures de démantèlement s’y ajoutent. Les organisations épargnées jusqu’ici seraient alors également touchées.

Renseignements:
Urs Scheuss, président des Verts Bienne,078 795 91 83
Franz-Dominik Imhof, co-président du PS biennois, 079 437 05 31
Roland Gurtner, président de Passerelle, 078 819 25 74
Mohamed Hamdaoui, membre du comité directeur du PS Biennois, 076 646 02 89

Communiqué (pdf)