Les Verts soutiennent Bruno Bianchet pour la préfecture

L’Assemblée générale des Verts de Bienne a décidé à l’unanimité de soutenir la candidature de Bruno Bianchet à l’élection préfectorale le 27 septembre. Pour les votations du même jour, elle recommande l’adoption des trois objets municipaux. En ce qui concerne les objets fédéraux, les Verts soutiennent le projet de loi sur le congé de paternité et rejettent à l’unanimité les déductions fiscales pour les parents riches, les avions de chasse, la loi sur la chasse et la soi-disant initiative « de limitation ».

Bruno Bianchet convainc par sa compétence professionnelle, sa grande expérience du service public, son engagement social et son ouverture d’esprit. Il est parfaitement bilingue, a de nombreuses années d’expérience en matière de gestion et dispose d’un très bon réseau dans le canton de Berne. Depuis 2013, M. Bianchet dirige le service de protection de l’adulte et de l’enfant PAE de la ville de Bienne. À temps partiel, il est juge à la Cour suprême du canton de Berne. En plus de ses activités professionnelles, M. Bianchet est impliqué dans diverses fondations et associations. La nature et les questions environnementales sont également une partie importante de sa vie et de sa famille. Il est membre de nombreuses organisations de protection de la nature telles que Greenpeace, Pro Natura, Pro Specie Rara, Vogelwarte Sempach et plusieurs autres. Pour ces raisons, les Verts de Bienne recommandent et soutiennent Bruno Bianchet pour l’élection à la préfecture.

Les Verts ont également adopté les recommandations de vote suivantes :

Oui à la rénovation de l’École Dufour

L’École Dufour doit être rénovée. Ce bâtiment chargé d’histoire, dont certaines parties datent de plus de 500 ans, est protégé et doit donc être conservé. Après la rénovation, la partie « Dufour Est » continuera à accueillir la plus grande école à journée continue de Bienne. On y trouvera également les services francophone et germanophone de logopédie, de psychomotricité et de soutien aux élèves à haut potentiel. Grâce à l’aménagement des combles de la partie « Dufour Est », la partie « Dufour Ouest » restera provisoirement libre et pourra continuer à être louée. À moyen terme toutefois, il est possible qu’elle soit affectée elle aussi à des fins scolaires ou à d’autres domaines liés à la scolarité.

Oui à la mise à disposition de terrains en droit de superficie dans le secteur « Rue des Fleurs sud » (Gurzelen)

La mise à disposition de terrains en droit de superficie dans le secteur « Rue des Fleurs sud », situé sur l’actuelle place de la Gurzelen est une nouvelle étape dans le développement du quartier de la Gurzelen. La présente démarche s’inscrit dans la volonté de la Ville de réaliser un quartier exemplaire et d’encourager la création de logements d’utilité publique.

Oui à la modification partielle de la réglementation fondamentale en matière de construction dans le secteur « Rue Jakob sud »

La planification permet de créer un nouveau lotissement sur l’ensemble du périmètre avec des logements et des activités artisanales autour d’un parc attrayant. Le parc accessible au public offrira un espace de détente de qualité dans le quartier auquel la propriété foncière privée ne change rien. Une densification judicieuse et supportable du milieu bâti existant permet une utilisation mesurée du sol.

Oui au congé de paternité

Cette modification de la loi sur les APG introduit un congé paternité de deux semaines et répond ainsi enfin à une revendication politique de longue date. L’introduction d’un congé paternité constitue un pas important dans les domaines de l’égalité et de la conciliation des vies professionnelle et familiale. Le financement est simple et sans coûts supplémentaires grâce à l’allocation pour perte de gain.

Non à la déduction fiscale des frais de garde des enfants par des tiers (loi fédérale sur l’impôt direct)

Cette modification ne profitera qu’aux familles les plus aisées, en raison de la forte progressivité de l’impôt fédéral direct. La baisse de l’impôt fédéral fera perdre 370 millions de francs en recettes fiscales. Les cantons devront en supporter 70 millions de francs, alors qu’ils sont déjà sous pression en raison de l’acceptation de la loi fédérale relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA) il y a une année. Les Verts veulent une politique familiale durable et sociale. Ces 370 millions de francs devraient plutôt être investis dans l’augmentation des allocations pour enfants ou encore le financement de places de crèche  ou d’un congé parental.

Non à l’initiative dit « de limitation »

L’initiative veut supprimer les mesures d’accompagnement et donc attiser la sous-enchère salariale. Une fois de plus, l’UDC utilise les personnes étrangères comme bouc émissaire et méprise leur apport important à la prospérité de la Suisse. La résiliation des bilatérales et l’isolement de la Suisse visés par l’initiative seraient désastreux pour notre pays.

Non à la loi sur la chasse

Cette modification veut affaiblir considérablement la protection des espèces. Les cantons pourraient ainsi autoriser le tir d’espèces menacées ou protégées. Elle autoriserait les « tirs préventifs » d’animaux protégés, ce qui n’incite pas du tout à prendre des mesures préventives pour protéger les troupeaux. Alors que nous assistons à la disparition d’espèces, il est absurde et guère prévoyant d’affaiblir la protection des espèces. Il convient de renforcer les mesures préventives – et non les « tirs préventifs » –, telles que le soutien à la protection des troupeaux, pour éviter les conflits avec les prédateurs.

Non à l’achat de nouveaux avions de combat

L’argent fera défaut pour d’autres investissements nécessaires, car chaque franc ne peut être dépensé qu’une seule fois ! Et après la crise du COVID-19, il s’agit plus que jamais d’investir dans la santé et un plan de relance vert. Pour maintenir la sécurité, nul besoin de nouveaux avions de combat : les F/A-18 actuels peuvent remplir les tâches de police du ciel. La Suisse devrait s’armer contre les véritables menaces, au lieu d’investir des milliards dans du matériel de guerre superflu. Le réchauffement climatique et les cyber-risques doivent être prioritaires.

Renseignements :
Urs Scheuss, président, 078 795 91 83

Site internet Bruno Bianchet