Oui à l’initiative « Mühleberg à l’arrêt »

Les Verts de Bienne ont adopté le 30 mars les consignes pour les votations du 18 mai 2014. Ils disent Oui à l’initiative cantonale « Mühleberg à l’arrêt ». La centrale nucléaire de Mühleberg est un risque intolérable pour la population et l’environnement. Il faut l’arrêter immédiatement. Les Verts disent également Oui à l’initiative sur les salaires minimums. Chacun et chacune doit pouvoir vivre des fruits de son travail.

Le point fort de l’Assemblée générale des Verts de Bienne était un débat contradictoire avec Hans Ruedi Minder de l’Union du Commerce et de l’Industrie et Lucas Dubuis de l’UNIA sur l’initiative sur les salaires minimums. Aujourd’hui, un-e salarié-e sur dix gagne moins de 4’000 francs par mois. Des salaires minimums permettraient à ces personnes de vivre décemment et en toute autonomie. L’indépendance financière allègerait également le budget de l’Etat. En effet, l’aide sociale, les subventions au logement et aux assurances-maladies sont autant de subventions aux entreprises qui, en pratiquant de bas salaires, n’assument pas leur responsabilité sociale.

En Suisse, les femmes sont fortement touchées par les bas salaires. Avec un salaire minimum de 22 francs de l’heure, plus de 220 000 femmes verraient leur salaire augmenter, de quoi faire progresser l’égalité salariale entre femmes et hommes. Pour ces raisons les Verts recommandent de voter Oui à cette initiative le 18 mai. Autres mots d’ordre pour les votations du 18 mai Les Verts de Bienne ont également adopté les recommandations de vote pour les autres objets de la votation du 18 mai comme suit:

NON à la modification de la loi concernant les impôts sur les mutations

La modification de l’impôt sur les mutations entraînera des pertes fiscales de 25 millions de franc par année. De nouvelles mesures viendraient s’ajouter aux économies drastiques déjà décidées l’année dernière dans les domaines de la santé et de la formation.

2 x OUI à loi sur les caisses de pension cantonales – question subsidiaire: projet principal

La Caisse de pension bernoise et la Caisse d’assurance du corps enseignant doivent être assainies, ce qui impose une charge financière supplémentaire au canton de Berne comme aux assurés. Le projet principal représente une solution équilibrée. Il tient compte à la fois de la situation financière tendue du canton et des intérêts des assurés.

OUI à l’arrêté fédéral concernant les soins médicaux de base

Les soins médicaux de base seront ancrés dans la Constitution. Chacun et chacune doit pouvoir bénéficier de soins de base de qualité. Or, actuellement, trop peu de cabinets de médecin de famille voient le jour, et encore moins dans les campagnes. Cette carence est une des causes de l’augmentation des recours aux services d’urgence. Le nouvel article constitutionnel fixe des conditions pour rendre plus attractive la médecine de famille.

NON à l’initiative populaire « Pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants »

Il est urgent de mieux protéger les enfants et les jeunes de la pédocriminalité. Cependant, l’initiative ne va pas assez loin. Le parlement a déjà adopté une loi (contre-projet indirect à l’initiative). Cette loi autorise le juge à ordonner non seulement une interdiction d’exercer une activité mais également une interdiction de contact ou de périmètre. Ces mesures permettent de protéger plus efficacement les enfants, car les délinquants sexuels font souvent partie de leur cercle familial. En outre, et contrairement à l’initiative, le contre-projet protège aussi les victimes de violence domestique ou de traite humaine.

NON à la loi fédérale sur le fonds d’acquisition de l’avion de combat Gripen

L’achat des avions de combat Gripen coûte à la Suisse plus de 3 milliards de francs. Si l’on compte l’exploitation et l’entretien des avions, ceux-ci coûtent même près de 10 milliards de francs. Or, l’avion de combat n’existe que sur papier. Le risque estsupporté par les contribuables. C’est inacceptable.

renseignement:
Urs Scheuss, président, 078 795 91 83

Communiqué (pdf)