150 jours de politique sociale bourgeoise: un désastre

La conclusion s’impose: après 150 jours de politique sociale bourgeoise au Conseil de ville le résultat est désastreux. On n’entend que plaintes et critiques stériles. Les attaques de certains membres du Conseil de ville de ces dernières semaines contre l’administration et des personnes montrent que la volonté de se confronter sérieusement avec les problèmes réels fait défaut. Au contraire, le domaine social est la cible des mesures d’économie, au dépend des personnes les plus précaires de notre société. Plutôt que de présenter des solutions constructives en matière de politique sociale, les partis bourgeois tentent de détruire ce qui a été construit ces dernières années.

Le PS/PSR et la Jeunesse Socialiste, les Verts et Jeunes Vert-e-s Biel-Bienne, Passerelle, comme les syndicats sont outrés des propos stigmatisant contre les personnes en situation précaire. De plus, les partis bourgeois ont à nouveau le personnel de la ville dans leur ligne de mire. Cette fois c’est le service de l’intégration professionnelle, que les partis bourgeois avaient soutenu il y a quelques années lors de sa création.

Avec une meilleure intégration, le nombre de personnes à l’aide sociale diminue. C’était le but commun au Conseil de Ville. Les partis soussignés et les syndicats ne sont pas opposés à la critique quant aux résultats obtenus. Mais les différentes forces politiques doivent se trouver et ensemble chercher des solutions constructives aux problèmes sociaux urgents.

Les attaques de ces dernières semaines de la part des membres de fractions bourgeoises contre des personnes de l’administration municipale rejettent l’opprobre sur l’ensemble du Conseil de ville, la plus haute instance de la ville de Bienne. Les partis soussignés et les syndicats se déclarent solidaire avec le personnel de la ville et combattront toute nouvelle attaque.

Renseignement:
Urs Scheuss, président, 078 795 91 83
Pablo Donzé, président de fraction, 079 710 43 25
Lena Frank, Conseillère de ville, 079 586 70 5

Communiqué (pdf)